Niger : le marché noir menacé par la fin des subventions au Nigeria

0
191

Sur la route nationale reliant la capitale Niamey à Zinder, la deuxième ville du Niger située dans le sud, entrepôts illicites et intrépides rabatteurs agitant des entonnoirs au passage des voitures ont disparu du décor.

En cause, de fortes pénuries sur le très florissant marché noir nigérien alimenté à partir du Nigeria voisin, géant économique et l’un des premiers producteurs mondiaux de pétrole, où les prix ont triplé après la suppression fin mai des subventions sur l’essence par le gouvernement.

Dans la capitale Niamey, les résidents des banlieues n’assistent plus aux spectaculaires courses-poursuites entre douaniers et vendeurs d’essence à la sauvette.

Même les interminables navettes de voitures et de motos chargées de bidons d’essence qui franchissaient la frontière au nez et à la barbe des douaniers « ont cessé », témoigne Adamou Guéraou, le maire de la commune de Dan-Issa, porte d’entrée des contrebandiers dans le sud du Niger.

Contrebande

Avant la fin des subventions au Nigeria, le litre d’essence sur le marché noir nigérien oscillait entre 250 FCFA et 275 FCFA (0,38 et 0,40 euros). Aujourd’hui, il oscille entre 550 FCFA et 700 FCFA (0,83 et 1, 05 euro), plus cher qu’à la pompe où il coûte 540 FCFA (0,83 euro).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici