Un européen victime d’un amour sur internet à Abidjan

0
232

Dans une société au sein de laquelle le numérique s’impose de façon progressive, des formes de cybercriminalité naissent. Le développement rapide de ces nouvelles technologies d’information et de communication fait aussi le bonheur des cyberdélinquants. Leurs méthodes sont multiples, et le nombre de leurs victimes ne cesse de croître. KTA et LFM font partis de ces personnes à la moralité douteuse qui utilisent l’outil internet à des fins délictueuses.

Pour atteindre leurs objectifs, K.T.A. et LFM ont mis en place une stratégie bien peaufinée. La mission de KTA dans la mise en œuvre de ce projet, consiste à s’inscrire sur des sites de rencontre. Il envoie ensuite des demandes d’amitié à des personnes en se faisant passer pour une femme. Une fois sa demande acceptée, il converse avec ces personnes à la recherche de proie facile. Il tisse ensuite des amitiés via la messagerie privée afin d’établir un lien de confiance. Il y rencontre Sieur MFLP, ressortissant européen qui malheureusement va tomber dans son piège. En effet, à la suite de plusieurs échanges, une amitié solide voit le jour. Sachant désormais qu’il peut prendre son nouvel ami par les sentiments KTA lui explique ses problèmes administratifs. Il fait croire à son ami qu’il ne peut pas toucher l’héritage légué par son défunt père. Pour donc avoir accès à son dû, il doit impérativement débourser une somme d’argent. Somme qu’il ne possède pas. Il sollicite l’aide de MFLP. Pour le mettre en confiance, il lui fait parvenir des documents comme preuves. C’est en ce moment que LFM entre en scène. Ce dernier a pour rôle de falsifier les dits documents administratifs en y apposant les signatures de certaines autorités telles que : le directeur du Trésor, le Directeur des Impôts, le notaire, le président de la Cour d’Appel de la Côte d’Ivoire, le procureur général de la république de la France. Convaincu de l’authenticité des documents MFLP, par compassion décide venir en aide à son ami(e). MFLP, convaincu de l’authenticité des documents et pris de compassion, décide de venir en aide à son amie. Il effectue plusieurs transactions financières d’un montant total de 1180722600 (un milliard cent quatre-vingt millions sept cent vingt deux milles six cent)FCFA à sa bien-aimée. Au vu des demandes incessantes de KTA, le doute commence à s’installer. MLFP croit avoir affaire à un cybercriminel. Il saisit alors d’une plainte le Tribunal de Première Instance Néerlandophone de Bruxelles qui saisit à son tour la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité. La PLCC, en collaboration avec le Laboratoire de Criminalistique Numérique entame des investigations. Celles- ci, permettent l’interpellation de KTA et LFM. Conduits dans les locaux, ces derniers reconnaissent lors de leur interrogatoire les faits qui leur sont reprochés. Ils affirment s’adonner à l’escroquerie sur Internet depuis 2018 et n’avoir jusque-là soutiré que de «petits montants » à des personnes jusqu’à ce qu’ils rencontrent MFLP, qui constitue leur plus grosse prise.

KTA et LFM ont été pour conclure, conduits au parquet avec pour charge l’utilisation frauduleuse d’éléments d’identification de personne physique, faux et usage de faux documents administratifs, escroquerie et complicité d’escroquerie par le biais d’un système d’information.

#PLCC
#arnaqueauxsentiments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici