Le nouveau gouvernement du Niger formé par le régime militaire

0
148
Motorists drive past the National Assembly in Niamey on August 7, 2023. Niger's military rulers were on Monday in defiance of an ultimatum to restore the elected government as the threat of possible military intervention was still on the table. (Photo by AFP)

Le général Abdourahamane Tiani a annoncé la formation d’un gouvernement. L’ancien chef d’état-major des armées, Salifou Mody, obtient le portefeuille de la Défense.

Le régime militaire issu d’un coup d’État au Niger a formé un gouvernement. Le nouvel homme fort du pays, le général Abdourahamane Tiani, a lu le décret formalisant sa composition lors d’une allocution diffusée à la télévision nationale dans la nuit de mercredi à jeudi 10 août.

Assise du régime militaire

Ce gouvernement, dirigé par le Premier ministre Ali Mahaman Lamine Zeine nommé lundi, est composé de 21 membre. Les ministres de la Défense et de l’Intérieur sont des généraux du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), respectivement le général Salifou Mody (ancien chef d’état-major des armées remercié début avril par Mohamed Bazoum) et le général Mohamed Toumba.

Cette équipe marque l’assise du régime militaire qui a renversé le 26 juillet le président Bazoum, et apparaît comme un signe de défiance à l’égard des dirigeants de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) qui se réunissent ce jeudi à Abuja pour évaluer la situation au Niger.

« D’importantes décisions »

« D’importantes décisions » sont attendues lors de ce sommet, selon l’organisation régionale qui a réaffirmé privilégier la voie diplomatique pour restaurer l’ordre constitutionnel au Niger, tout en maintenant sa menace d’un recours à la force pour rétablir le président Bazoum dans ses fonctions.

La Cedeao est considérée par les nouveaux maîtres de Niamey comme une organisation « à la solde » de la France, leur cible principale. Mercredi, ils l’ont accusée d’avoir violé dans la matinée l’espace aérien nigérien, fermé depuis dimanche, avec un avion de l’armée française venu du Tchad, et d’avoir « libéré des terroristes ». Des accusations aussitôt démenties par la France.

(Avec AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici