COGES: Attention au retour des vieux démons !

Le décret du 30 décembre 2020 impose la contribution des collectivités territoriales comme une condition de la réussite du processus de prise en charge des besoins des Coges après la suppression des cotisations.

0
175

Les dysfonctionnements dans l’application du décret du 30 décembre 2020 sur les Coges après la suppression des cotisations, deviennent inquiétants.

La décision du gouvernement de supprimer ces cotisations s’est inspirée de l’arrêté du maire de Tiassalé qui a supprimé les cotisations et a transféré les dépenses des Coges de la commune, au budget communal, de sorte que chaque année, à la rentrée, le matériel didactique pour l’ensemble des écoles primaires et préscolaires de la commune est disponible.

Pour la rentrée scolaire 2023-2024, la distribution de ce matériel didactique a commencé ce lundi 9 octobre et se poursuit.

Le décret présidentiel a prévu également que les dépenses des Coges soient transférées au budget de l’Etat et celui des collectivités territoriales .

Il semble cependant évident que dans les faits, les fonds prévus par l’Etat sur la base de l’évaluation des besoins des Coges, sont mis à dispositions des Coges selon un calendrier dont la rationalité échappe au bon sens, de sorte que la volonté du chef de l’Etat en étendant la suppression des cotisations Coges à l’ensemble du pays, se trouve presque dévoyée.

Sur le terrain, les témoignages qui me parviennent en tant qu’inspirateur de l’abolition des cotisations Coges en Côte d’Ivoire, ne sont pas rassurants et sont même alarmants, de sorte que je me trouve dans l’obligation morale d’appeler l’attention des ministères (Education nationale, Budget, Economie), sur cette situation.

J’aimerais appeler également l’attention des élus locaux (maires et conseils régionaux), sur la question.

Je sais, pour être moi-même un élu local, que les subventions mises à la disposition des collectivités territoriales sont faméliques mais il n’empêche que la gestion des écoles primaire et secondaires est depuis 2003, du ressort des élus locaux.

Le décret du 30 décembre 2020 impose la contribution des collectivités territoriales comme une condition de la réussite du processus de prise en charge des besoins des Coges après la suppression des cotisations.

L’école est une entreprise publique dont les dividendes profitent à l’ensemble de la communauté. Les dépenses pour l’éducation des enfants de nos communes et régions doivent donc avoir un caractère de dépenses frappées de noblesse.

Tous les acteurs doivent donc jouer leur rôle. Avec un peu de volonté politique.

C’est à ce prix qu’on évitera le retour des mauvaises habitudes de cotisations tous azimuts à l’école. Ainsi que l’aurait voulu, Dr Kouadio Kouamé David, Ex- DAPS-COGES qui a consacré beaucoup de travail à la réussite des Coges dans notre pays.

Dr Kouadio Kouamé David, ce passionné de l’éducation nous a malheureusement quitté pour le grand voyage, il y’a de cela quelques semaines.

Paix à son âme.

ASSALÉ TIEMOKO ANTOINE

DÉPUTÉ DE LA NATION.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici