Au Niger, l’armée affirme avoir renversé Mohamed Bazoum

0
328

Ce 27 juillet, aux alentours de 23h30, l’armée a annoncé la création d’un Conseil national de sauvegarde de la patrie (CNSP), mais aussi avoir suspendu la Constitution et instauré un couvre-feu. Les frontières sont également fermées jusqu’à nouvel ordre. C’est un certain colonel Amadou Abdramane, en tenue militaire bleue, qui a pris la parole très brièvement à la télévision nationale, au nom du CNSP.

« Nous avons décidé de mettre fin au régime que vous connaissez. Cela fait suite à la dégradation continue de la situation sécuritaire, à la mauvaise gouvernance économique et sociale, a-t-il déclaré. Nous réaffirmons notre attachement au respect de tous les engagements souscrits par le Niger. Nous rassurons la communauté nationale et internationale par rapport au respect de l’intégrité physique et morale des autorités déchues conformément aux principes des droits humains ».

Incertitude autour du sort de Bazoum

Derrière lui, parmi les gradés, se trouvait le fameux général Abdourahmane Tchiani et son numéro deux, le colonel Ibro Amadou Bacharou, les patrons de la garde présidentielle qui se sont retournés contre Mohamed Bazoum. Mais aussi le général Moussa Salaou Barmou, le chef des forces spéciales ou encore le haut commandant en second de la garde nationale, Ahmed Sidian, lequel fut l’aide de camp de l’ex-Premier ministre Brigi Rafini. Une prise de pouvoir dont les détails ne sont pas encore connus.
Le flou entoure également, pour le moment, le sort de Mohamed Bazoum, retenu depuis ce matin dans sa résidence par des éléments de la garde présidentielle. Selon nos informations, son épouse et son fils Salem sont avec lui, ses filles se trouvant actuellement à Paris. Cette prise de pouvoir annoncée par l’armée a pris de court dans l’entourage de Mohamed Bazoum, où l’on comptait encore il y a peu sur le soutien d’une armée jugée loyaliste pour retourner la situation. Une médiation de la Cedeao était par ailleurs en cours, le président béninois Patrice Talon ayant prévu de se rendre à Niamey le 28 juillet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici