le Nord du Nigeria s’active pour éviter une intervention armée

Chefs religieux et responsables politiques du nord du Nigeria déploient des efforts considérables pour parvenir à une résolution diplomatique de la crise au Niger et prévenir ainsi une intervention militaire de la CEDEAO aux conséquences potentiellement désastreuses pour leurs régions.

0
295

Après les échecs de deux missions de médiation lancées par le bloc ouest-africain, dont les émissaires n’ont pas été reçus par le nouvel homme fort du Niger le général Abdourahamane Tiani, la CEDEAO a accentué sa pression sur le régime militaire.

Tout en disant continuer de privilégier la voie du dialogue, ses dirigeants ont donné jeudi leur feu vert à une intervention armée à venir, en activant sa « force en attente ».

Mais alors que les négociations entre la CEDEAO et le nouveau régime au Niger semblent au point mort, d’autres s’activent pour établir un canal diplomatique entre le général Tiani et le chef d’Etat du Nigeria, Bola Tinubu, qui assure la présidence en exercice de la CEDEAO.

Ainsi, deux délégations de chefs religieux du nord du Nigeria – avec qui le Niger entretient des liens culturels, économiques et linguistiques forts – ont réussi à s’entretenir avec le général Tiani à Niamey.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici