Éric Coulibaly Dissèque le Concert d’Apoutchou National : Un Regard Critique sur le Paysage Musical Ivoirien

0
45

Le journaliste Éric Coulibaly a récemment partagé son point de vue franc et direct sur les concerts de musique en Côte d’Ivoire, en mettant particulièrement en lumière le récent spectacle d’Apoutchou National. Ses commentaires, empreints d’une critique cinglante, offrent une perspective unique sur les défis et les lacunes du paysage musical local.

« Voici la raison pour laquelle je n’aime pas aller aux concerts de musique ici en Côte d’Ivoire. Voici la raison pour laquelle des personnes préfèrent payer 100.000 F ou 200.000 F pour assister à des spectacles de professionnels. Vous ne verrez jamais Fally, Lokoua, Meiway, Alpha ou Tiken faire ce genre de choses. C’est un autre niveau. Tu viens étaler ton linge sale au concert de ton fils, à la 4000 places du palais de la culture. Amateurisme chronique !“

Les mots d’Éric Coulibaly résonnent comme une évaluation sévère de la qualité des concerts locaux, soulignant des éléments tels que la propension à « étaler son linge sale » sur scène. Cette expression fait allusion à des aspects personnels ou familiaux inappropriés qui pourraient être exposés lors des spectacles, dépassant les limites de l’intimité et du professionnalisme.

Le journaliste pointe du doigt le fait que des artistes renommés tels que Fally Ipupa, Lokoua Kanza, Meiway, Alpha Blondy ou Tiken Jah Fakoly maintiennent un certain niveau de respect et de rigueur professionnelle lors de leurs performances, évitant ainsi les écueils de l’amateurisme.

L’utilisation du terme « amateurisme chronique » souligne la nécessité, selon Éric Coulibaly, de rehausser le standard des concerts en Côte d’Ivoire pour rivaliser avec les normes internationales. Les spectateurs, selon lui, sont prêts à investir des montants significatifs pour des spectacles de qualité professionnelle, délaissant ainsi les événements qui ne répondent pas à ces attentes.

En conclusion, les commentaires d’Éric Coulibaly offrent une critique perspicace du spectacle d’Apoutchou National et, par extension, du paysage musical ivoirien. Ses mots incitent à une réflexion profonde sur les normes de professionnalisme et d’excellence artistique à atteindre pour garantir la satisfaction des spectateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici