Poutine vient de se doter d’un nouvel allié international en Europe

0
140

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, le président Vladimir Poutine a fait de son pays un État « paria » en Occident.Cependant, il semble qu’une fissure se soit formée dans le bloc des nations qui s’opposent aux « opérations militaires spéciales » de la Russie.

Les Slovaques ont voté, et le candidat pro-russe Robert Fico semble bien parti pour devenir le prochain Premier ministre de Slovaquie.Selon Al Jazeera, la Slovaquie a jusqu’à présent contribué à la fourniture d’équipements militaires à l’Ukraine et a accueilli des réfugiés de la guerre, mais cela pourrait changer sous la présidence de Robert Fico.Fico, qui a déjà été Premier ministre entre 2006 et 2010, puis entre 2012 et 2018, a promis de réduire les financements allant vers l’Ukraine et d’entamer des pourparlers de paix entre Moscou et Kyiv.

Al Jazeera rappelle que Fico a été contraint de démissionner en 2018 après l’assassinat de Ján Kuciak, un journaliste d’investigation qui enquêtait sur les liens entre la mafia italienne et le cercle proche de Fico.Le Smer, le parti de Fico, a obtenu environ un quart des voix, ce qui signifie qu’il devra encore procéder à un regroupement pour former un gouvernement. Cependant, une chose est sûre : Fico est de retour au pouvoir.

L’agence de presse allemande DW souligne que la victoire de Fico pourrait poser un problème à l’Union européenne et à l’OTAN, puisque la Slovaquie est membre de ces deux organisations. Le journal français Le Monde souligne que cela pourrait compliquer encore davantage une politique européenne commune à l’égard de la Russie, qui est déjà difficile en raison de l’opposition du premier ministre hongrois Viktor Orbán.Selon Le Monde, Fico a promis pendant la campagne de ne pas rejeter l’aide militaire à l’Ukraine, arguant qu’elle ralentissait le conflit, mais aussi de s’opposer aux sanctions à l’égard de la Russie et de s’employer à normaliser les relations avec Moscou.

Fico a également promis de travailler en tandem avec le gouvernement hongrois, ce qui pourrait rompre l’isolement d’Orbán dans sa position anti-Kyiv au sein de l’UE. Le New York Times décrit le Smer, le parti de Fico, comme étant nominalement de gauche, populiste et favorable à la Russie, rejetant la responsabilité de la guerre sur le gouvernement de Kyiv et la pression de l’Occident. Selon le New York Times, la campagne de Fico s’est caractérisée par le conservatisme, le nationalisme, une rhétorique anti-LGBT et des promesses d’aides sociales généreuses dans le cadre d’un programme anti-libéral qui s’est avéré efficace dans les petites villes et les zones rurales.Dominika Hajdu, chargée de recherche et directrice du volet Démocratie et résilience du groupe GLOBSEC, a été citée par le New York Times, affirmant que la guerre en Ukraine a été considérée comme une question secondaire lors de l’élection. Des sujets tels que les prix de l’alimentation et du carburant et la fracture sociale entre le conservatisme et le progressisme ont eu plus d’influence sur l’électeur slovaque moyen.

Cependant, le parti libéral Progressive Slovakia ayant obtenu la deuxième place lors des élections, le Smer doit parvenir à un accord avec les partis mineurs pour former un gouvernement. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a été cité par Al Jazeera, affirmant que les partenaires de Fico au sein du gouvernement seront déterminants pour définir les relations de la Slovaquie avec la Russie et le reste de l’Union européenne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici