Pour une fois, la CEDEAO hausse le ton. Elle vient de prendre d’importantes décisions à valeur de sanction contre la junte au pouvoir à Bamako. Déjà, on note que les leaders de l’opposition refusent de se joindre aux putschistes pour ne pas se griller avec l’institution panafricaine. Dans un autre cas, tous les ministres des finances des pays de la CEDEAO ont ordonné aujourd’hui aux banques, établissements financiers, aux Sociétés de Gestion et d’Intermédiation (SGI), aux Sociétés de Gestion d’Organismes de Collectif en Valeur Mobilière (SGO) et à différents acteurs financiers “de suspendre toute relation économique et financière, ainsi que tous mouvements financiers en direction du territoire malien jusqu’à nouvel ordre”. Quant à L’Union Européenne et les États-Unis, des sanctions sont en cours dans les prochains jours. De même, en raison de la fermeture de toutes les frontières des pays de la CEDEAO avec le Mali, les stations-service devraient arrêter de ravitailler le public pour compter du lundi. Ce qui devrait perturber les transports en commun et les motos taxis. Du coup,”Les leaders de l’opposition du M5 tout comme l’imam Dicko se font très discrets et évitent d’apporter leur soutien aux putschistes, tout comme ils n’ont fait aucune déclaration en faveur des auteurs du coup d’État. La CEDEAO a déjà prévenu que tous ceux qui soutiendront les évènements actuellement en cours au Mali, civils comme militaires, seront sévèrement sanctionnés. Le sommet extraordinaire des Chefs d’États ce jeudi, par visioconférence, devrait annoncer des mesures plus fortes contre les auteurs du coup d’État et tous ceux qui les soutiennent” rapporte notre confrère Saïd Penda. Cependant, à Bamako, la liesse populaire ne faiblit pas. Les populations continuent de crier leur joie au passage des convois militaires. Dans une déclaration radio-télé, le président Ibrahim Boubacar Keira a rendu sa démission au forcing et plusieurs de ses collaborateurs ont été mis aux arrêts. Un immeuble appartenant à l’ancien ministre de la justice a même été incendié par des badauds. Ce soir encore, la confusion est encore persistante bien que les putschistes aient annoncé qu’ils privilégieront un gouvernement de civils.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici