Au lendemain de la découverte de la petite, les fins limiers de la brigade de gendarmerie de Dimbokro se sont mis en branle pour mettre le grappin sur cet adulte criminel qui a pu commettre cette abomination.
Les fouilles et interrogatoires sur des personnes très suspectes se sont avérées improductifs .
Les gendarmes mettent alors le cap sur le village de Pindrinkro.
C’est là que pendant les fouilles, les éléments de la brigade de gendarmerie tombent sur des vêtements tachés de sang , dans la maison d’un habitant de la bourgade .
Cuisiné, il nie avoir été l’auteur de l’agression s*xuel sur la petite Grâce. Et que selon lui, le sang retrouvé sur ses vêtements serait du sang du mouton qu’il aurait immolé pendant la fête de tabaski. À l’examen, il s’est avéré que c’était bien du sang humain .
Ses vêtements ont été emporté par la gendarmerie sur instruction du parquet pour être examiné de plus près.
C’est à dire que ce sang retrouvé dans les vêtements sera soumis à un test ADN par des spécialistes.
Croisons les doigts pour qu’on puisse effectivement retrouver le démon qui a tué notre très chère petite Grâce Océane.

Qui ne se souvient de cette terrible et effroyable affaire de viol dont Dimbokro a été le théâtre et qui a créé l’émoi en Côte d’ivoire, dans le mois de septembre 2019 ?
Cet être frêle avait été entraînée dans les broussailles dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 septembre pour y être violée par un inconnu.
Elle a été découverte le lendemain, baignant dans une mare de sang et ses parties génitales et son anus complètement bousillés
Retrouvée miraculeusement, elle a été conduite par des âmes de bonne volonté au CHU de Cocody pour suivre une opération chirurgicale.
Hélas, elle ne survivra pas, son corps ayant subi trop de dégâts. Elle mourra le lundi 30 septembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici