PR Alassane OUATARA :

” Tout le monde sait que Alassane Ouattara n’est pas un tripatouilleur, aussi bien en ce qui consiste la Constitution que pour autres choses. Nous avions mis en place un groupe pour regarder comment nous pourrions passer à la troisième République. C’est ce qui a été fait en 2016. Et je me réjouis que cette Constitution ait été votée à plus de 95%. Je suis heureux pour cette Constitution et espère qu’elle va régir notre pays pendant des décennies et des décennies.
Nous avons des institutions. Il y a plusieurs façons de modifier une Constitution. On peut, avec une majorité simple, aller au référendum, ou avec une majorité du 2/3 du Congrès. C’est-à-dire, avec l’Assemblée nationale et le Sénat, ensemble, modifier la Constitution. Nous n’avons pas encore eu ce débat au niveau du gouvernement. Il est évident qu’il doit avoir lieu, pour que nous voyions ensemble ce qui est important ou même urgent de modifier.
J’ai toujours dis que cette modification tiendra compte de l’évolution de notre pays. Nous avons un pays dont 75% de la population a moins de 30 ans. Nous ne pouvons pas rester indifférents à cela. Nous avons dans toutes les grandes nations, des Chefs d’État qui ont entre 40 et 45 ans, y compris même en Afrique. Vous voyez le Président Ethiopien ! C’est donc un débat qui permettra d’arriver à des modifications. Il ne faut pas que les gens se focalisent sur le planché ou le plafond d’âge. Ce sont des propositions que nous avions retenues tous ensemble à Marcoussis. Si cela doit aujourd’hui être examiné, cela passera par la voie normale. Mais, pour l’instant, ce n’est pas la chose la plus importante de mon point de vue.(…)
Vous connaissez ma position par rapport à l’avenir. Je suis pour le transfert du pouvoir à une nouvelle génération. Je dis toujours que nous autres, qui avons bénéficié de bourses dans le pays, qui avons eu notre premier emploi dès notre sortie de l’université, qui avons ensuite eu des hauts postes pendant 30 à 45 ans, il est normal que nous puissions, au moins, par gratitude à l’endroit de la population, de faire en sorte qu’une nouvelle génération prenne le relais. Mais, ceci étant, c’est un débat qui nous permettra d’arriver à cette décision. Mais, n’allez pas interpréter cela que ça veut dire que je ne serai pas candidat».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici