M. Nicolas Djibo ” Ce sont les projets phares de nos deux mandatures. Depuis peu, ils connaissent un début d’exécution et, déjà, on devine aisément le visage futuriste de la ville quand les différents travaux seront terminés. D’abord, le projet du Grand marché de Bouaké. C’est une attente forte des populations depuis 1998 où le marché précédent fut dévasté par un incendie. Depuis lors, le cœur de Bouaké battait mais de façon anormale.Vous savez, Bouaké est une ville essentiellement commerçante et sans son marché, c’est comme un homme sans son âme. C’est pour cette raison que nous avons inscrit la reconstruction de cet équipement marchand, au cœur des priorités de notre action communale. Grâce au président de la République, son excellence Alassane Ouattara et aux hautes autorités de la République française, les travaux ont officiellement démarré depuis décembre 2019. Nous réservons aux Bouakéens, le plus grand marché couvert de la sous-région, bâti sur 9 hectares avec près de 8000 points de vente. Le second chantier majeur est relatif aux projets Piducas (NDLR : Projet d’Infrastructures pour le Développement Urbain et la Compétitivité des Agglomérations Secondaires). Initié en 2017, avec un financement conjoint de la Banque Mondiale et de l’Etat de Côte d’Ivoire, le Piducas vise à développer de nouveaux pôles de croissance économique en dehors d’Abidjan, notamment la ville de Bouaké. Ses déclinaisons dans notre cité sont multiples et importantes. Déjà la pénétrante de Tollakouadiokro, longue de 5,1 km a été bitumée sous la forme de 2×2 voies. Cela a changé positivement la vie des centaines de milliers de concitoyens qui vivent dans les localités desservies par cette nouvelle voie. Au titre des projets Piducas non-encore terminés, on a d’abord, la finition de l’hôtel de ville de Bouaké, ce chantier en arrêt depuis 1979. Les travaux qui ont démarré depuis un ou deux ans, sont à l’arrêt. Tout est en train d’être fait pour qu’ils reprennent le plus rapidement possible. Nous avons également les travaux de l’aménagement du segment de la A3 qui traverse la ville. Après plusieurs années d’étude, ce projet connaît une exécution à la grande satisfaction des populations. Ce chantier va radicalement révolutionner la circulation sur cette colonne vertébrale de notre cité. En lieu et place de l’actuelle voie où véhicules et piétons circulent dans un désordre indescriptible, nous aurons 8,7 km de 2×2 voies avec terre-plein au milieu et des arbres plantés de chaque côté.A côté de ce chantier, il y a celui du stade de Yaoundé, situé au quartier Sokoura. A la fin des travaux, on aura une pelouse, une tribune couverte pour ce qui est du football. On y prévoit deux espaces pour les jeunes, une aire de jeu pour le maracana. Toujours concernant ces chantiers qui vont rendre reluisant le paysage urbain de Bouaké, nous avons les projets de la CAN 2023. A cet effet, quatre types de travaux sont en cours dans la cité : les travaux d’agrandissement du stade de la Paix de Bouaké qui passe de 25000 à 40 000 places, avec une architecture splendide dont tous seront fiers. Dans cette veine de la CAN 2023, l’ancien stade, les stades du lycée classique et du lycée technique sont aussi en chantier. Ces équipements sportifs seront des lieux d’entraînement des équipes qui seront domiciliées à Bouaké. Enfin, nous avons le village CAN, qui est déjà sorti de terre au quartier Kennedy. Trois importants chantiers en cours d’exécution dans la ville méritent également d’être signalés. Ce sont les travaux du futur Centre hospitalier régional sur la route de Brobo, en face du Centre de réinsertion des mineurs, les travaux de l’autoroute Tiébissou- Bouaké et ceux de la piscine municipale. On ne saurait boucler cette partie, sans parler du démarrage des activités de la SOTRA à Bouaké. C’est une première expérience de la société de transport urbain en dehors d’Abidjan et nous l’appréhendons comme un honneur et une confiance. Nous ferons tout pour être à la hauteur des attentes placées dans ce cadre. C’est le lieu de réitérer nos profonds mots de gratitude à Monsieur le président de la République, Son Excellence Alassane Ouattara, au Premier ministre Patrick Achi au ministre des Transports, un fils de Bouaké, le ministre Amadou Koné qui ont sorti le grand jeu pour que ce projet connaisse une exécution rapide. Dans cette partie consacrée aux remerciements, je n’oublie pas le Directeur Général de la SOTRA, Monsieur Méité Bouaké qui a également tout fait pour que la Sotra roule à Bouaké dès cette rentrée scolaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici