“Si j’étais Pascal Affi N’Guessan, je dissoudrais le Front populaire ivoirien (FPI) et créerais mon propre parti politique. Ce serait la fin de l’histoire de ce parti et tout le monde serait content d’ouvrir une nouvelle page politique. En fait, maintenir le FPI ne sert à rien à Pascal Affi N’Guessan. D’abord parce que ceux qui voulaient suivre Laurent Gbagbo au PPA-CI sont partis et ne sont pas forcément attachés au nom. Ensuite parce que ceux qui sont restés ne sont pas restés parce que c’est le FPI, mais parce qu’ils sont attachés aux idéaux défendus par Affi. Dans les deux cas, je ne vois pas en quoi conserver le nom d’un outil politique que je n’ai pas fondé et que je trainerais comme un boulet, parce qu’il continue d’être marqué par l’empreinte de ses fondateurs ; me serait vraiment utile.
Bref. Je ne suis pas Pascal Affi N’Guessan”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici