« Moi, je suis pour qu’on mène une action à la dynamite contre les paradis fiscaux ». 2009. Dominique Strauss-Kahn alors patron du FMI n’a pas de mots assez durs contre les paradis fiscaux. En 1999, alors ministre des Finances, il avait proposé un plan de lutte contre les territoires offshores. Pourtant, selon l’enquête Pandora Papers, menée par 150 journalistes internationaux, DSK aurait bénéficié des largesses fiscales du royaume du Maroc avant de profiter de celles des Emirats arabes unis. Des manœuvres qui lui permettent de limiter très fortement les impôts qu’il paye sur ses très confortables revenus de consultant international.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici