Lorsque la victime va recouvrer la santé, qu’elle ait le courage de saisir le juge de Bondoukou d’une requête pour demander réparation de l’énorme préjudice moral, psychologique et physique qu’elle a subi par la faute de l’État de Côte d’Ivoire. Oui l’Etat a failli à son obligation de créer les conditions de sécurité pour que cette fonctionnaire remplisse ses obligations professionnelles. Si elle ni était pas allée, l’Administration l’aurait sanctionner au motif d’un abandon de poste.L’Etat à failli à son obligation d’assurer la sécurité de son fonctionnaire en la logeant dans un habitat aussi précaire. Vivement que les avocats de La Ligue, des syndicats des enseignants et d’autres associations de défense des droits de l’homme portent et soutiennent cette initiative. Au mieux, que tous les fonctionnaires confrontés à des conditions de vie similaires s’organisent pour un recours collectif dirigé contre L’ÉTAT. Lorsque l’Etat met en danger la vie de ses citoyens de cette façon, il faut le faire sanctionner et âprement. Vous ne pouvez pas recruter enfant des gens pour vous servir et les mettre en danger de cette façon. Nous sommes dans un État de droit et le droit offre les moyens de réparer ce genre de tort.• IL Y A PRÉJUDICE • IL Y A FAUTE • LE LIEN ENTRE LA FAUTE ET LE PRÉJUDICE EST CERTAIN

M. Anzan KOUAKOU, Citoyen indigné..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici