Extrait du livre DE SERGE BILÉ, “Mes années Houphouët” ” Ô Dieu est-ce que tout ce j’ai bâti avec tant d’efforts dans ce pays sera englouti dans les sables mouvants après mon départ ? ” se serait écrié Félix Houphouët Boigny au soir de sa vie en découvrant un rapport des renseignements généraux sur les rivalités politiques à Abidjan. Ce jour-là affaibli par la maladie, il chargea un de ses ministres d’aller remettre cent mille dollars à un prélat au Vatican et cinquante millions de francs cfa au Khalife des mourides et autant au Khalife des tidiane en leur demandant de prier pour la cote d’ivoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici