Je m’appelle Daphne NJIE Efundem. J’ai été violée dans mon enfance par une personne dont je ne me souviens plus. J’ai vécu une série de dépressions, de crises d’anxiété et de panique et une détérioration de ma santé en raison du traumatisme que j’ai traversé. Je souffre d’attaques de panique et vomis à chaque fois que j’essaye d’être intime parce que j’obtiens la forte odeur de sa sueur et des flashbacks de la scène. Après la fin de ma première relation, je ne pouvais pas me pardonner d’avoir laissé un homme entrer à nouveau en moi. Les choses ont empiré quand quelqu’un à qui je me suis confié m’a dit: «Regarde celle-là qui ne se souvient même pas qui a pris sa virginité.» À ce moment-là, j’ai arrêté complètement… Je me sentais comme une chose sale et sans valeur. En 2013, on m’a diagnostiqué un problème de santé mais je n’ai pas pu me faire soigner en raison de ma peur de pénétrer quoi que ce soit dans mon vagin. J’ai fréquenté un certain nombre de gars qui ne pouvaient pas comprendre pourquoi je ne pouvais pas avoir de relations sexuelles. Certains d’entre eux pensaient que j’étais lesbienne, certains pensaient que j’avais vendu mon vagin de manière démoniaque pour réussir dans ma carrière, certains croyaient simplement qu’en tant qu’artiste je dormais, c’est pourquoi je ne pouvais pas coucher avec eux. Cela fait presque dix ans que j’ai eu des relations sexuelles. Ma santé s’est détériorée au fil des ans. À la fin de 2018, j’ai été transporté d’urgence à l’hôpital après m’être évanoui à cause d’une douleur aiguë et après analyse, le médecin a déclaré que le test le plus important pour mon état ne pouvait pas être effectué car je souffrais de «vaginisme». Il m’a référé à un psychologue / psychiatre, le Dr Eyoum, où j’ai commencé une thérapie. Grâce à la thérapie, j’ai pu surmonter mes dépressions, je suis moins anxieuse, plus confiante en qui je suis et en mes capacités. En me coupant les cheveux, j’ai jeté tout ce qui entravait ma croissance d’une manière ou d’une autre (bien que cela ait également été fait pour soutenir une femme forte qui se bat contre le cancer). Je peux dire que je suis «née de nouveau» prête à redevenir une femme, affirmée, assumée, intrépide, pleinement autonome et responsabilisante. Je travaille toujours en cours mais plutôt optimiste. Aujourd’hui, je vous invite tous à suivre ma fondation BE WOMAN BY DAPHNÉ. Ensemble, luttons contre cet acte diabolique croissant d’abus sexuels et encourageons les soins de santé mentale et psychologique à travers la thérapie pour permettre à nos filles / femmes de faire face à des obstacles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici